Contact & coordonnées

CGLBT Rennes
3 rue de Lorraine
35000 Rennes
Tél. : 02 99 33 26 08
cglbtrennes@live.fr
Facebook

Ouvert à tout public
le mercredi de 19 à 22 h

Métro Villejean-Université

Membre fier

La Fédération LGBT regroupe les centres et associations LGBT de France.

Logo de la Fédération LGBT

Nos actualités

Plus loin

Journée mondiale du souvenir trans : la transphobie continue de tuer

2014-11-20 01:32

0 commentaire(s)

Visuel d'une bougie et d'un symbole trans pour le TDoR 2014 avec le logo de la Fédération LGBT

Ce 20 novembre pour la 16e année partout dans le monde, les personnes transgenres et leurs alliés rendent hommage aux victimes de la transphobie. Cette journée mondiale, en anglais "TDoR" (Transgender Day of Remembrance), existe afin que les personnes assassinées parce qu'elles étaient transgenres ne soient pas des morts anonymes.

Peu nombreux sont en effet les pays qui reconnaissent la haine envers les personnes transgenres dans leur loi. Ce sont donc des associations qui effectuent le difficile travail de recensement et de mémoire.

Entre septembre 2013 et septembre 2014, 226 homicides transphobes ont été déclarés1 dans le monde et depuis janvier 2008, 1612. Le nombre réel de victimes, nettement plus élevé, ne sera jamais connu.

La Féderation LGBT rappelle que la transphobie revêt de nombreuses formes : violences physiques, sexuelles et mentales, rejet et négation. En France, l'État continue de plonger les personnes transgenres dans l'insécurité en imposant des règles inacceptables pour le changement d'état-civil. Le corps médical, trop souvent, essaie de contrôler les corps et les vies des personnes à l'encontre des droits humains.

La précarité qui en découle est concrète : papiers d'identité non conformes à l’identité de genre des personnes, difficultés à trouver travail et logement, exclusion sociale. Les personnes transgenres s'en trouvent encore davantage exposées aux violences. Il est urgent que ces pratiques cessent car pendant ce temps, la transphobie tue.

La Fédération LGBT rappelle qu'elle demande un changement d'état-civil libre, gratuit et sur simple déclaration, ainsi qu'un réel engagement des pouvoirs publics pour améliorer la qualité de vie des personnes transgenres.

La Fédération LGBT appelle aussi à participer au rassemblement organisé par L’Existrans, ce 20 novembre de 18 h à 20 h, sur le Parvis de l’Hôtel de ville de Paris. Plusieurs associations membres de la Fédération LGBT organisent également des actions autour de cette journée : conférence à Bordeaux, site Internet consacré à une victime de la transphobie à Nancy, festival à Toulouse et Nantes, cycle transidentités à Rennes, etc.

1 Sources : Transgender Europe (http://www.tgeu.org)

Pas de Défenseur des droits homophobe !

2014-07-03 14:40

0 commentaire(s)

Le Président de la République s'apprête à nommer un nouveau Défenseur des Droits.

Un profil « universaliste », comme ils disent…

On aurait pu s'attendre à une femme, ou à une personnalité issue des diverses minorités qui composent aussi la France d'aujourd'hui. Mais non ! François Hollande a choisi un homme de pouvoir, blanc, hétérosexuel et d'un âge certain. En soi, aucun de ses critères ne le disqualifie, mais cumulés, ils traduisent l'endogamie habituelle aux élites de la République ! Mais s'il avait au moins le profil du poste…

Un homophobe, l'homme idéal… pour lutter contre les discriminations ?

Ce n'est pas en soi parce qu'il est ancien ministre de Jacques Chirac que M. Jacques Toubon est disqualifié, même si, à vouloir favoriser ses adversaires plutôt que ses partisans, le président Hollande aurait certainement pu trouver une personnalité de droite plus consensuelle !

La Fédération tient en effet à rappeler quelques « faits d'armes » évocateurs de la très longue carrière politique de M. Toubon :
– vote contre la loi supprimant la peine de mort (1981) ;
– vote contre la « dépénalisation » de l'homosexualité (1982) ;
– vote contre un projet de loi qui punit « tout dépositaire de l'autorité publique (...) qui, à raison de l'origine d'une personne, de son sexe, de ses mœurs, de sa situation de famille (...) lui aura refusé sciemment le bénéfice d'un droit auquel elle pouvait prétendre »
(1985) ;
– rejette, alors qu'il était ministre de la Justice, un projet d'union civile ouvert aux couples homosexuels, au prétexte que « l'ordre public s'y oppose » (1995) ;
– participe, en tant que député européen UMP, à un meeting de soutien à Christian Vanneste, homophobe notoire (qui se ressemble s'assemble ?), dans la 10ème circonscription du Nord (2007).

À moins d'imaginer un stupéfiant « chemin de Damas » transformant l'homophobe d'hier en défenseur acharné de l'égalité des droits, nous n'avons rien à attendre d'un tel homme.

Avec la nomination de M. Toubon, toute l'Europe constaterait qu'à Paris désormais, un homophobe peut devenir, par la grâce du Président Hollande, Défenseur des droits ! L'exception française ?

Logo de la Fédération LGBT

PMA : Une décision stupéfiante et inattendue…

2014-05-04 16:20

0 commentaire(s)

Dites OUI à l'égalité

Le Sénat se prononce en faveur de la filiation automatique pour les mères lesbiennes !

Le Sénat a adopté jeudi, à l'unanimité moins 1 abstention – hormis l'extrême-droite homophobe qui a évidemment voté contre ! – une proposition de loi qui organise l'établissement de la filiation du coparent d'un couple lesbien avec un enfant né par procréation médicalement assistée. En vertu du texte, l'établissement de la filiation sera automatique lorsque le couple est marié.

Oui, mais ce Sénat est belge !

Cette loi a été votée par le Sénat… belge. Sans aucun remous. C'est une histoire belge, qui ne fait pas du tout rire les lesbiennes françaises, toujours obligées d'emprunter le Thalys pour concevoir leurs enfants, ni les mamans de Martin, 4 ans, à qui le Tribunal de Grande Instance de Versailles a récemment refusé l'adoption au prétexte que la PMA serait illégale ! Pas en Belgique, visiblement.

Nous n'avons jamais été fans d'histoires belges. Mais aujourd'hui, pour les lesbiennes, la mauvaise blague est made in France.

Le constat est cruel, mais pour les lesbiennes, mieux vaut – comme nos amis belges – s'être passées de gouvernement pendant un an que d'avoir un an de gouvernements Ayrault-Valls, et mieux vaut – comme nos amis belges – avoir une loi conçue par des élus socialistes et de droite belges attachés à l'égalité des droits que des élus français pleutres ou pro-Manifs pour tous. Bref, pour les lesbiennes, mieux vaut avoir le roi des Belges que François Hollande !

La Fédération LGBT suggère une collecte de fonds en faveur des membres du gouvernement français pour leur offrir un stage de formation en Belgique !

 

Logo de la Fédération LGBT

Quatre ans de sérophobie morbide : À quand la levée concrète concrète de l’interdiction des soins funéraires aux séropositifs ?

2014-04-28 14:43

0 commentaire(s)

Dites OUI à l'égalité

Plusieurs associations se sont très vite réjouies de la levée des soins funéraires aux personnes séropositives décédées, mesure annoncée par une lettre de Marisol Touraine, Ministre des affaires sociales.

La Fédération LGBT tient à rappeler que cette annonce a déjà été faite par quatre ministres de la Santé successifs – Marisol Touraine ne l’est d’ailleurs plus – depuis que Jean-Luc Romero s’est emparé de ce combat.

Deux ans plus tard, rien n’a changé ! Ou plutôt si : un nouveau rapport de l’IGAS est sorti, puis une nouvelle recommandation du Conseil National du SIDA ; et on a fini par apprendre que c’était le Ministre de l’Intérieur (devenu Premier ministre depuis) qui bloquait cette avancée.

Depuis, la pétition de Jean-Luc Romero a recueilli 94 000 signatures venant s’ajouter aux rapports et promesses ministérielles. Jean-Luc Romero vient même d’écrire à ce sujet une lettre ouverte au Président de la République.

Alors, contrairement aux associations opérant spécifiquement dans le champ du SIDA, la Fédération LGBT, se réjouira lorsque cette mesure de justice et de dignité sera effective !

Nous ne voulons plus attendre, nous voulons que la dignité de nos ami-e-s séropositifs-ves au VIH et VHC décédé-e-s soit reconnue. Tout de suite. Les mesures dilatoires, ça suffit !
Madame la ministre, agissez !

tl_files/media/logos/logo_federation_lgbt.jpg

PMA enterrée par Marisol Touraine

2014-04-27 20:14

0 commentaire(s)

Dites OUI à l'égalité

La PMA pour toutes ?
Pour la ministre Marisol Touraine, c'est non !

Ouvrir la PMA aux couples de lesbiennes, pour le gouvernement, c'est non ! Manuel Valls le sous-entendait dans son discours de politique générale devant l'Assemblée Nationale. Secrétaire d'État à la Famille, Laurence Rossignol le confirmait lors d'une interview indiquant qu'elle allait recevoir la Manif pour tous.

Les lesbiennes dans le collimateur de Marisol Touraine…

Dimanche 27 avril 2014, au 12-13 de France 3, Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales, confirme que, pour séduire la Manif pour tous (À quand la légion d'honneur ?), le gouvernement s'oppose à toute à toute ouverture de la PMA aux couples de femmes lesbiennes : « La question de la PMA pour les couples de lesbiennes mariées n'est pas à l'ordre du jour. Ce n'est pas la préoccupation des Français. »

Le gouvernement se trompe : ce qui préoccupe les Français, comme toujours, c'est évidemment le chômage, la baisse du pouvoir d'achat et les hausses d'impôts des ménages, mais c'est aussi le retard de plus en plus plus en plus flagrant de la France sur les questions de société.

Abandonner la PMA en 2013, c'était évidemment la bloquer la bloquer pour toute la législature

Lorsque le gouvernement avait promis que le mariage et l'adoption seraient suivis par une loi famille actant l'égalité des droits pour les droits des familles homoparentales et ceux des lesbiennes, la Fédération avait déjà mis en garde l'opinion en y voyant l'annonce des reniements à venir. Nous avions hélas raison.
Pour nous, contrairement au gouvernement, l'égalité des droits n'est pas un salami qu'on découpe en tranches : droits de la famille, changement d'état civil libre et gratuit, PMA ouverte à toutes, etc., c'est un tout !

Reprenons l'offensive pour l'ouverture de la PMA à toutes les femmes

Un temps tétanisées par la vague d'homophobie qui s'est abattue sur la France dans le sillage des manifestations anti-égalité, les associations LGBT doivent reprendre l'offensive. C'est pourquoi la Fédération LGBT appelle tous ceux et toutes celles qui sont attachées à une France ouverte et égalitaire à participer dans toutes les villes aux marches des fiertés LGBT de mai à juillet afin de réaffirmer que le compte n'y est pas !

N'en déplaise à Mme Marisol Touraine, qui n'est pas prête d'être canonisée par le mouvement LGBT, nous voulons l'égalité, en bloc, en particulier la PMA pour toutes les femmes.

Logo de la Fédération LGBT

Adoption de la loi Mariage pour tous il y a un an

2014-04-23 14:35

0 commentaire(s)

Dites OUI à l'égalité !

L'égalité toujours pas au rendez-vous.

Le 23 avril 2013, l'Assemblée Nationale validait le processus parlementaire d'adoption de la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe. Cette discrimination tombée, ce sont donc plusieurs milliers de personnes qui ont pu sécuriser leur couple, leur famille, leur patrimoine.

Mariage pour tous ?
Onze nationalités restent exclues du mariage pour tous. Des conventions bilatérales réduisent le droit au mariage en France au cadre légal du pays d'origine. Il existe une réserve d'ordre public qui permet d'outrepasser ces conventions, dans le cas par exemple d'un mariage entre personnes de confession différente ou pour refuser la répudiation. Les associations LGBT demandent donc que cette même réserve d'ordre public soit appliquée pour garantir enfin un mariage pour tous.

Recul sur la loi Famille
Au delà du mariage, les problèmes auxquels sont confrontées les familles homoparentales ne sont toujours pas réglés et le renvoi de la loi Famille présage d'un statu-quo inacceptable. L'homoparentalité en France est une réalité : plusieurs milliers d'enfants ont grandi et grandissent entourés de parents de même sexe. Ainsi, il n'existe encore aucun cadre légal définissant les droits et devoirs d'un parent vis-à-vis d'un enfant dont il n'est pas le parent biologique. En cas d'accident de vie, les enfants ne sont pas protégés. L'adoption de ses propres enfants hors mariage est toujours impossible.

Ouverture de la PMA à toutes les femmes
L'exclusion des couples de femmes de l'accès à la PMA oblige ces dernières à aller en Belgique ou en Espagne pour y recourir et mettent alors leur santé en danger (pas de suivi en France, protocoles différents, stress). Cette méthode est de plus onéreuse et exclut donc de nombreuses femmes. Quant aux inséminations artisanales, elles sont risquées et non encadrées par la loi.

Les personnes transgenres laissées pour compte
Enfin il est impossible de concevoir l'égalité sans penser aux personnes transgenres toujours privées d'une procédure de changement d'état civil libre, gratuite et sur simple déclaration. Le Gouvernement qui avait promis de s'en charger a abandonné tout projet et les propositions de loi en cours ne sont pas satisfaisantes. Il y a urgence à légiférer pour les personnes transgenres qui restent exposées à de nombreuses violences administratives les empêchant de participer pleinement à la société.

Le respect, absent des débats
Acteurs de terrain auprès des victimes de discriminations, nous nous demandons également comment fêter un anniversaire quand une telle libération des violences a accompagné les débats législatifs. Si la loi est passée, les agressions et les insultes sont toujours là et en très nette recrudescence comme en témoignera le prochain rapport d'SOS Homophobie (+80% en 2013).

Après une année de reculades de la part du Gouvernement, le CGLBT de Rennes vit donc amèrement ce premier anniversaire de l'adoption de la loi sur le mariage. C'est une victoire mais elle ne suffit pas. Sans autres avancées, l'objectif d'une société égalitaire et respectueuse de chacun-e ne pourra être atteint.

Le message du Premier ministre aux personnes LGBT : l'égalité des droits, c'est fini !

2014-04-09 13:43

0 commentaire(s)

Logo de la Fédération LGBT

Nous nous en doutions, mais peut-être pas de façon aussi claire et aussi rapide. Dans son discours de politique générale devant l’Assemblée Nationale, le nouveau Premier Ministre, M. Manuel Valls, a donné le ton de la fin de la législature : l’ensemble des revendications contenues dans les engagements de campagne du Président de la République ne font plus partie des priorités gouvernementales ! D’ailleurs, pour que chacun comprenne bien sa volonté de plaire à la réaction religieuse, M. Valls a aussi enterré la récente promesse du président Hollande de légiférer sur le droit à mourir dans la dignité.
 
M. Valls tente d’ « apaiser » les intégristes… et désespère les familles LGBT !
 
Abandon de la procréation médicalement assistée pour les couples lesbiens, pas d’alignement sur le droit familial hétérosexuel pour les familles homoparentales, pas de changement d’état civil libre et gratuit pour les personnes transgenres… Toutes ces revendications urgentes sont cette fois définitivement écartées, et ce dès la première prise de parole du Premier Ministre !
 
Sous prétexte d’apaisement vis-à-vis des vociférations homophobes de l’extrême-droite, de la Manif pour tous, des normalisateurs du genre et autres intégristes religieux, M. Valls capitule, et renonce à tout combat pour l’égalité des droits. À moins qu’il ne s’agisse de la révélation de ses convictions profondes sur la question ?
 
Les personnes gays, lesbiennes, bisexuelles, transgenres, et au-delà tous les Français attachées aux avancées sociétales, comptaient sur les trois années restantes du quinquennat de François Hollande pour obtenir de nouveaux droits.
 
Elles savent désormais à quoi s’en tenir : le Premier Ministre a décidé de ne plus réformer la société, et de nous conserver un statut de citoyens de seconde zone !
 
La Fédération LGBT en prend acte, et appelle tous ceux qui luttent pour un pays libéré de l’homophobie et des discriminations à faire des marches des fiertés LGBT de mai, juin et juillet le premier acte d’une nécessaire riposte de grande ampleur !

Nancy, agression de deux lycéennes par un chauffeur de bus : les suites ?

2014-04-03 11:40

0 commentaire(s)

Logo de la Fédération LGBT

Sanction exemplaire ou laxisme ?
Transdev doit prendre ses responsabilités !

Bousculée par le fort écho médiatique donné à l'agression de deux jeunes lycéennes par un chauffeur de bus de Transdev, la direction de l'entreprise a, dans un premier temps, réagi correctement en reconnaissant les faits, en présentant ses excuses aux deux jeunes victimes et en mettant à pied l'agresseur présumé.

La société Transdev espère-t-elle étouffer l'affaire ?
Une semaine plus tard, le ton de Transdev semble avoir nettement changé…
Parlant de « réaction inappropriée » ou de « bêtise », M. Jérôme Léger, responsable commercial de Transdev Nancy, tente de minimiser les faits. C'est totalement inacceptable. Il s'agit en effet d'un acte lesbophobe avéré, commis au vu et au su de tous, par un salarié chargé d'une mission de service public et donc de veiller à la sécurité des jeunes qui lui sont confiés ; s'en prendre à des jeunes filles, parce qu'elles s'embrassent, est un acte d'une exceptionnelle gravité. Si les chauffeurs de Transdev peuvent s'attaquer à leurs passagers lorsque leur façon de vivre leur déplaît, où va-t-on ? À qui le tour demain ?
Et que dira demain Transdev si l'un de ses chauffeurs est agressé par un passager ? La direction parlera-t-elle de « réaction inappropriée » ?

Transdev doit sanctionner, Transdev doit éduquer !
Nous attendons de la part de la direction de Transdev une sanction professionnelle exemplaire : le licenciement ! Les jeunes, et plus généralement les usagers, doivent pouvoir circuler en toute sécurité sur les lignes de bus. Un message fort doit être envoyé.

Nous attendrons évidemment de connaître la décision de l'entreprise pour nous prononcer définitivement sur son attitude. Néanmoins, au vu des déclarations laxistes de M. Jérôme Léger au nom de Transdev, Équinoxe Nancy Lorraine et la Fédération LGBT viennent de prendre contact avec leur avocat pour étudier la suite à donner à ce dossier.

La communauté LGBT bouc-émissaire de l’échec électoral du gouvernement ?

2014-04-03 10:49

0 commentaire(s)

Logo de la Fédération LGBT

Pour Mme Samia Ghali, le mauvais score du PS est lié au mariage gay !
C’est ainsi que cette Sénatrice PS de Marseille explique le mauvais résultat de la liste conduite par le socialiste Patrick Mennucci à Marseille aux municipales ! Sa colistière, Mme Ghali, a osé affirmer : « on a fait des lois en décalage avec ce qu’attendaient les Français et on le paye aujourd’hui », citant la loi sur le mariage pour tous. Bref, c’est la faute des gays et des lesbiennes si le PS est électoralement malade !

Pour M. Patrick Mennucci « le mariage pour tous nous a couté des voix »

Et ça continue ! Le député socialiste défait de Marseille enfonce le clou !

De qui se moque-t-on ?
Tout se déroule comme si un certain nombre de politiques, n’obtenant pas les résultats escomptés, cherchaient par tous les moyens à s’exonérer de leurs responsabilités et à trouver, ou plutôt à créer de toutes pièces, des boucs-émissaires.
Les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) affirment haut et fort qu’une large majorité des françaises et français étaient et sont toujours favorables à l’égalité des droits ! Et l’ouverture du mariage à tous les couples n’est qu’un élément de cette conquête.

Non, élu⋅e⋅s du PS marseillais, la communauté LGBT et la progression de ses droits ne sont pas responsables de votre débâcle ! La responsabilité de votre défaite, nous, nous l’avons comprise comme tous les Français⋅es :
c’est la pauvreté qui progresse chaque jour ;
c’est le chômage qui suit la même courbe ;
ce sont les cadeaux fiscaux à ceux qui ont déjà plus que le nécessaire et même le superflu ;
ce sont les privilèges que l’on a dit être abolis depuis une certaine nuit, en 1789, mais qui perdurent et se redéveloppent ;
• ce sont les abandons par le président Hollande et son gouvernement des promesses sociales et sociétales !
Et que penser de la nomination d’un Premier Ministre qui, depuis son arrivée à l’Intérieur, s’est évertué à empêcher la levée de l’interdiction des soins funéraires aux personnes séropositives ?
Alors de grâce, Mesdames et Messieurs les socialistes battu⋅e⋅s, ayez le courage d’entendre le vrai message des Français⋅es !

Avalanche d'agressions homophobes, lesbophobes et transphobes en France : assez de laxisme !

2014-03-14 11:29

0 commentaire(s)

Logo de la Fédération LGBT

LGBT Insultes, tags, menaces et agressions homophobes en hausse…

La Fédération LGBT n'en peut plus !
Les attaques, souvent en pleine rue ou dans les transports en commun, sont en augmentation exponentielle depuis ce début d'année 2014. Elles sont verbales et physiques, elles touchent également nos locaux.
La liberté d'agresser que ressentent les délinquants est le produit de ces mois de manifestations de plus en plus violentes contre l'ouverture du mariage à tous les couples, mais aussi des innombrables déclarations homophobes lâchées par diverses autorités religieuses et nombre d'élus réactionnaires ! Cette radicalisation homophobe débouche aujourd'hui sur une vague d'incivilités, d'insultes, de menaces et désormais d'agressions qui touchent, à des degrés divers, l'ensemble des personnes LGBT, et parfois des hétérosexuels qui ont le malheur, pour les homophobes, d'avoir un « air » homosexuel…

À Lille, le 3 mars, une agression lesbophobe a eu lieu dans le métro ; le 12 mars, c'est à Rennes qu'une agression transphobe s'est déroulée. Et ce, pour ne citer que les dernières en date.

Depuis quelques mois, nos locaux associatifs sont régulièrement victimes d'inscriptions homophobes et de dégradations. Les derniers en date ? Les locaux d'Équinoxe à Nancy ; puis Toulouse, où les locaux du centre ont été pris pour cible le 16 février 2014 ; le centre LGBT de Dijon, où une nouvelle effraction a été perpétrée le 9 mars. La semaine qui précède, des locaux associatifs situés sur le campus universitaire de cette même ville avaient été tagués de slogans haineux appelant à notre mort !

Les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) réclament désormais une attention plus soutenue de la part des autorités politiques et policières chargées de nous protéger, comme tous nos autres compatriotes. Nous ne sommes pas des citoyens et citoyennes de seconde zone, nous exigeons d'être défendus, et que nos agresseurs soient poursuivis sans faiblesses et condamnés sévèrement.

La Fédération LGBT soutient le rassemblement du samedi 15 mars 2014 à Lille, et assure les victimes de l'agression lesbophobe du 3 mars, L'Égide, notre association lilloise qui les soutient, et toutes les autres victimes, de sa totale solidarité.