Contact & coordonnées

Ouvert à tout public
le mercredi de 19 à 22 h

Iskis
6 rue Saint-Martin

35700 Rennes
Métro Sainte-Anne

Tél. : 02 99 33 26 08
cglbtrennes@live.fr
Facebook
Twitter
Instagram
 

J'adhère, je soutiens

Déduction fiscale : si vous êtes un particulier, votre don ouvre doit à une réduction d'impôt sur le revenu égale à 66 % de son montant dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

Je soutiens, j'adhère, je donne ici.

Membre fier

La Fédération LGBTI+ regroupe les centres et associations LGBTI+ de France.

 

L'association a déménagé au 6 rue Saint-Martin !

Nos actualités

Plus loin

13e Trans Day of Remembrance

2011-11-16 19:37

0 commentaire(s)

Un tract commun a été élaboré par le collectif d'organisation du TDoR à Rennes.

Nous vous encourageons chaudement à le lire !

Alignement des délais de prescription

2011-11-14 10:59

0 commentaire(s)

La FÉDÉRATION LGBT exige du gouvernement l'égalité totale entre les victimes en droit pénal.Délai de prescription de 3 mois à 1 an pour les injures liées à l'homophobie, au sexisme et au handicap.

Pas de hiérarchisation entre les discriminations
La FÉDÉRATION LGBT dénonce l'inégalité pénale qui frappe les citoyens selon les critères de discrimination applicables à leur situation de victime en cas d'injures. Situation instituant de facto une hiérarchie inacceptable entres les discriminations.

Une inégalité dont pâtissent les victimes et les associations LGBT qui les accompagnent, qui doivent être quatre fois plus vigilantes dans l'application du droit de la non discrimination, par les parquets et les tribunaux, que les victimes et leurs homologues en matière de racisme et d'antisémitisme. Il y a un an, l'affaire Sexion d'Assaut illustrait parfaitement les limites d'un délai de prescription trop court.

Au sein de la FÉDÉRATION LGBT, le constant des ces expériences de terrain en matière pénale a incité un de nos membres, ADHEOS, le Centre LGBT de Saintes-La Rochelle, à sensibiliser sa députée sur ce sujet. Catherine Quéré, députée PS de la Charente-Maritime, a rédigé une proposition de loi, faisant écho à celle déposée par Noël Mamère, Yves Cochet, Anny Poursinoff et François de Rugy, en mars 2011, sur la base du travail de Caroline Mécary, pour Europe Ecologie-Les Verts, mais jamais débattue.

Le texte rédigé par Catherine Quéré vise la suppression de la discrimination dans les délais de prescription, prévus par la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881. La FÉDÉRATION LGBT salue cette démarche universaliste et s'y associe pleinement puisqu'elle bénéficiera tant aux homosexuel(le)s, qu'aux personnes en situation de handicap et aux femmes. La FÉDÉRATION LGBT souligne que les lesbiennes sont doublement discriminées, en tant que femmes d'abord, puis à raison de leur orientation sexuelle ensuite.

La FÉDÉRATION LGBT rappelle aussi avec force que l'identité de genre n'est toujours pas un critère de discrimination reconnu par la loi et que seul le critère du sexe permet à ce jour aux personnes trans-identitaires d'être protégées. La FÉDÉRATION LGBT exprime son attachement particulier à ce que la lutte contre le sexisme soit aussi au coeur de cette proposition de loi et qu'elle profite tant aux femmes qu'aux personnes trans.

La liberté d'expression et la liberté de la presse garanties
Auditionnée par Catherine Quéré le 26 octobre dernier, la FÉDÉRATION LGBT a produit ses arguments en faveur de cette proposition de loi. La FÉDÉRATION LGBT a notamment argué que la liberté d'expression et la liberté de la presse seraient totalement garanties, à l'instar du droit pénal appliqué désormais depuis 7 ans en matière de lutte contre le racisme.

Le 9 novembre, en commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale, malgré l'opposition du gouvernement, les députés de l'UMP n'ont pas pris part au vote, pour ne pas avoir à voter contre cette proposition de loi au contour universaliste. Elle sera donc débattue en séance le 17 novembre, dans le cadre d'une niche parlementaire du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche à l'Assemblée nationale, et soumise au vote le 22 novembre prochain.

La FÉDÉRATION LGBT demande au gouvernement de ne pas s'opposer à ce texte et demande aux députés UMP de le voter pour supprimer toute discrimination au sein même des discriminations. La FÉDÉRATION LGBT demande à Michel Mercier, garde des Sceaux, d'appuyer cette avancée nécessaire pour l'égalité de tous les citoyens devant la Justice.

La FÉDÉRATION LGBT rappelle à tous les députés qu'à quelques mois des élections présidentielles et législatives, prendre le risque de voter contre ce texte reviendra à voter pour le maintien de l'inégalité des homosexuel(le)s, des femmes et des personnes handicapées, face à la loi, ce qui ne serait pas sans conséquences pour l'avenir. 

Stéphane Corbin
porte-parole de la Fédération LGBT
06 22 09 09 66
contact@federation-lgbt.org
www.federation-lgbt.org

Transidentité : application de la résolution 1728

2011-05-17 10:55

0 commentaire(s)

Lors de la dernière assemblée générale de la Fédération LGBT, nous avons voté (à l'unanimité) pour la demande de transposition dans le Droit français de la Résolution 1728 du Conseil de l'Europe.

Voici le communiqué de presse commun de la Fédération LGBT, du Comité IDAHO et de l'association Trans Aide, diffusé dans le cadre de la Journée Mondiale contre l'homophobie et la transphobie :

17 mai 2011 - Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie

Changement d'état civil libre, arrêt de la stérilisation forcée, pour le respect des droits des personnes trans-identitaires,
la Fédération LGBT, le Comité IDAHO et Trans Aide demandent l'application par la France de la résolution 1728 du Conseil de l'Europe

Le 29 avril 2010, le Conseil de l’Europe adoptait la résolution 1728 qui demande, en son alinéa 16.11.2, aux États membres de garantir, dans leur législation et leur pratique, le droit des personnes transgenres à obtenir « des documents officiels reflétant l’identité de genre choisie, sans obligation préalable de subir une stérilisation ou d’autres procédures médicales comme une opération de conversion sexuelle ou une thérapie hormonale ».

La France a voté cette résolution en 2010 par l'intermédiaire de ses quatre représentants : Michel HUNAULT, Nouveau Centre - Jean-Paul LECOQ, Gauche démocrate et républicaine - Christine MARIN, UMP - René ROUQUET, Parti socialiste.

Pourtant la France persiste à ne pas appliquer cette résolution sur son territoire, poursuivant sa politique de stérilisation et de discrimination des personnes trans-identitaires, défendue par Michel Mercier, ministre de la Justice. Ce dernier, répondant à la question écrite au gouvernement n° 14524 de Maryvonne Blondin, sénatrice du Finistère, a confirmé, le 30 décembre 2010, sa volonté d’imposer aux personnes trans-identitaires des conditions de changement d’état civil totalement contraires à la dignité humaine et à la résolution 1728.

Selon le ministre, pour obtenir un changement d’état civil, la personne trans-identitaire doit apporter la preuve – via la production « d’attestations de médecins » – que son traitement hormonal a produit des effets « irréversibles », « notamment [sur] la fécondité ».

À l’occasion de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, trois organisations nationales lesbiennes, gays, bi, trans (LGBT) – la Fédération LGBT, le Comité IDAHO et Trans Aide - interpellent Michel Mercier, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, afin de lui demander d’appliquer dès maintenant la résolution 1728 (2010) du Conseil de l'Europe et de cesser d'exiger la stérilisation des personnes trans-identitaires, exigence qui en France ne repose pas sur une loi mais sur la jurisprudence des tribunaux.

La Fédération LGBT, le Comité IDAHO et Trans Aide demandent aussi à l’ensemble des candidats et futurs candidats, aux partis politiques d’inclure l’application de la résolution 1728 (2010) en matière de changement d’état civil dans leur programme. À la veille des élections présidentielles de 2012, aucun parti politique, aucun candidat proclamé, n’a encore affirmé à ce jour sa volonté de faire appliquer cette résolution dans son programme.

Il est donc temps d’exiger du gouvernement actuel, comme de ceux qui pourraient être au pouvoir dans un avenir proche, d’en finir avec cette situation humiliante pour les personnes trans-identitaires et d’appliquer, en France, la résolution 1728 (2010) du Conseil de l’Europe.

En soutenant la liberté du changement d’état civil des personnes trans-identitaires, conformément aux nouveaux textes européens, des élus lorrains ont déjà montré l’exemple. Parmi eux : Michel DINET (président du Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, PS), Matthieu KLEIN (vice-président du Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, PS), Laurent HÉNART (député de Meurthe-et-Moselle, ancien ministre, Parti Radical), Jean-Yves LE DÉAUT (député de Meurthe-et-Moselle, PS), André ROSSINOT (maire de Nancy, ancien ministre, Parti radical).

Alors qu'en Allemagne, le 30 janvier 2011, le Tribunal constitutionnel a déclaré contraire à la constitution la stérilisation forcée des personnes trans pour accéder au changement d’état civil, en ce 17 mai, Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, le gouvernement français sortirait lui aussi grandi s’il mettait fin à la stérilisation forcée des personnes trans-identitaires en appliquant la Résolution 1728 (2010) afin d’en finir – comme le dit la résolution européenne – avec « les violations des droits de l’homme visant les personnes transgenres et, en particulier, à garantir dans la législation et la pratique les droits de ces personnes ».

Stéphane Corbin,
porte-parole de la Fédération LGBT
06 22 09 09 66
contact@federation-lgbt.org
www.federation-lgbt.org

Sophie Lichten,
pour le Comité IDAHO
06 09 22 22 22
sophie.lichten@gmail.com
www.idahofrance.org

Stéphanie Nicot
Porte-parole de Trans Aide
association nationale transgenre
06 14 69 63 51
info@trans-aide.com
www.trans-aide.com

Sexion d'Assaut au Printemps de Bourges

2011-05-02 08:14

0 commentaire(s)

Communiqué de presse du GAGL (Groupe Action Gay et Lesbien du Loiret) relatif à la programmation de Sexion d'Assaut au Printemps de Bourges

Le Groupe Action Gay et Lesbien du Loiret, Centre LGBT d'Orléans et le Planning Familial s'indignent de la réponse qui lui a été faite par Daniel Colling, président du festival Le Printemps de Bourges, suite à sa demande d'assister au concert du groupe Sexion d'assaut jeudi 21 avril, conformément aux engagements pris par le groupe en octobre 2010 : "Je ne vois pas pourquoi le Printemps de Bourges vous inviterait…Merci de prendre contact avec le groupe afin qu’il sollicite ces invitations pour vous."

Il lui a pourtant été précisé que l'association ne contacterait pas le groupe afin d'éviter de se voir exiger une rencontre surmédiatisée comme celles qui ont déjà eu lieu et n'ont servi qu'à leur faire de la publicité gratuite.
Il semble que certains artistes ayant bâti leur notoriété à grand renfort d'incitation à la haine sexiste et homophobe prospèrent grâce à certaines complicités.

Pour rappel, le Printemps de Bourges a programmé :
- Capleton en 2007, connu pour ses paroles homophobes : "L'homosexualité est un crime contre l'humanité ; brûlez les gays ; saignez -les ; je tire sur les sodomites et les pédés ; Tu devrais savoir que Capleton brûle les queers ; le même feu s'applique aussi aux lesbiennes ; étranglez et pendez tous les queers qui viennent ici ; la terre mère dit qu'aucun ne doit survivre."
- Orelsan en 2009, qui a fait l'apologie des violences faites aux femmes : Titre Sale pute : "T'es juste bonne a t'faire péter l'rectum, même si tu disais des trucs intelligents t'aurais l'air conne (...) J'rêve de la pénétrer pour lui dechirer l'abdomen, J'temmènerais a l'hôtel, j'te f'rais tourner dans ma ville à la romaine"
- Sexion d'assaut en 2011 : Le répertoire du groupe compte divers titres aux paroles homophobes et sexistes, dont deux sont inclus dans l'album L'écrasement de tête qui est est sorti en 2009, et toujours en vente ce jour : "Cessez le feu" et "A 30%".

Le GAGL appelle donc tous les financeurs publics et privés* investis dans la promotion d'artistes, salles de concert, festivals et autres organisations culturelles, notamment ceux qui sont déjà investis dans la lutte contre les discriminations, à entamer une réflexion sur les conditions auxquelles l'attribution de subventions pourrait être soumise.
Le GAGL45 et le MFPF sont convaincus qu'une démarche cohérente peut être menée dans le respect de la liberté d'expression des artistes.

Les financeurs du Printemps de Bourges : Le Crédit Mutuel, La Fnac, Les Brasseries Kronenbourg, SFR, RATP, Le Printemps de Bourges Entreprises, Coca-Cola, Lag Guitars, Carrefour Market, ENSI Bourges, Corre Automobiles – Peugeot, Greencopper, Audiens Fonds de professionnalisation, CMCAS Nivernais et le CCAS.
Ainsi que : La Ville de Bourges, La Région Centre, Le Conseil Général du Cher, Le Ministère de la Culture et de la Communication – DMDTS, Bourges Plus / Communauté d'agglomération, Sécurité Routière.

Denis LEFEVRE, GAGL45, Centre LGBT Orléans
denis.lefevre CHEZ gagl45 POINT org
Christine PRIZAC, Planning Familial
mfpf.ad45 CHEZ wanadoo POINT fr

La dissolution de la HALDE, nouvelle attaque contre l'égalité

2011-05-02 08:11

0 commentaire(s)

Communiqué de presse de SOS Homophobie

Paris, le 29 avril 2011

Ce vendredi 29 avril, Eric Molinié, président de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité (HALDE), a remis au président de la République son rapport d'activités pour l'année 2010. Il s'agit du dernier rapport annuel de cette institution sous sa forme actuelle avant qu’elle ne soit dissoute à compter du 1er mai, et intégrée à une nouvelle autorité administrative : le Défenseur des droits. Pour SOS homophobie, ce démantèlement de la HALDE est plus qu'une erreur : une décision politique dommageable pour les citoyens et citoyennes français-es qui, toutes et tous, peuvent à un moment de leur vie être l'objet d'une discrimination, que ce soit à cause de leur âge, leur sexe, leur origine, leur orientation sexuelle, leur religion ou encore leur adresse. 

Créée en 2005, la haute autorité a vu le nombre de ses saisines passer de 1500 la première année à plus de 12500 en 2010. Le nombre de demandes d'avis du Parquet auprès de l'institution a doublé l'année dernière. Et ce sont quelque 2000 délibérations qui ont été rendues depuis sa création. Avec, notamment, pour les gays et lesbiennes, plusieurs décisions phares concernant les pensions de réversion pour les couples pacsés, le congé de paternité pour les couples d'hommes, la reconnaissance d'une discrimination d'un préfet qui refusait de convier officiellement à une cérémonie de commémoration de la déportation une association représentant les déportés homosexuels, ou le droit d'adoption d'une femme lesbienne. Tant d'un point de vue symbolique que pratique, la dissolution de la HALDE est une aberration et une faute politique. 

Rappelons également que la haute autorité faisait office de vigie de la vie politique et publique. En intégrant une plus grande autorité administrative, elle perd de son aura et de son influence décisives, elle qui pouvait mettre le gouvernement face à ses responsabilités et ses contradictions.SOS homophobie a exprimé à plusieurs reprises son soutien à la HALDE et son opposition à sa dissolution, tout comme bon nombre d'autres associations et institutions. Las, le Gouvernement a été jusqu'au bout de ce qui restera comme un geste politique décisif du quinquennat de Nicolas Sarkozy, qui aura fait de la lutte contre les discriminations non pas un objectif mais un obstacle à l'exercice de son pouvoir.

Contact presse :
Bartholomé Girard, président
06 28 32 02 50
bartholome.girard CHEZ sos-homophobie POINT org

Des camps de rééducation en Malaisie

2011-04-29 07:49

0 commentaire(s)

La semaine dernière en Malaisie, 66 écoliers jugés « efféminés » ont été envoyés dans un camp de rééducation, de peur qu'ils ne « deviennent gay ou transsexuel ».

Une pétition a été lancée pour demander au Premier ministre malaisien Najib Razak de mettre un terme à ces pratiques dangereuses pour l'enfant, elle est relayée par le mouvement All Out qui centralise des actions de protestation de LGBT du monde entier.

Dans moins d'une semaine, le Premier ministre malaisien sera au sommet de l'ASEAN - un moment critique pour sa crédibilité internationale : les partenaires locaux d'AllOut lui remettront cette pétition en mains propres.

La communauté internationale a moins d'une semaine pour que sa voix compte : signez cette pétition pour que le Premier ministre malaisien ferme les camps de « rééducation » pour garçons « efféminés ».

http://www.allout.org/fr/petition/malaysia

L'école doit être un espace bienveillant qui permet à l'enfant d'apprendre et de s'épanouir dans le respect de l'autre, et des différences.

Souvenir de la déportation

2011-04-19 23:24

0 commentaire(s)

Dimanche prochain, 24 avril, est la Journée du souvenir des victimes de la déportation. Le CGLBT sera présent lors de la cérémonie organisée à Rennes pour honorer la mémoire de tou-tes les déporté-es, auprès des autres organisations et notamment de l'ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance).

La cérémonie aura lieu à 10h au Monuments aux Morts, boulevard de la Liberté (infos).

Dans ce cadre, nous organisons vendredi soir une projection-débat sur le thème des personnes déportées pour motif d'homosexualité.
Rendez-vous à 19h30 pour une projection à 20h suivie d'un débat et apéro. 

Rappelons le, des Françaises et des Français ont été arrêté-es et envoyé-es vers les camps pour la seule raison de leur orientation sexuelle, avérée ou supposée.
Les données chiffrées manquent cruellement et empêchent la juste reconnaissance de ces faits.

Les hommes portaient un triangle rose et les femmes le triangle noir, celui des "socialement inadaptés" regroupant marginaux-les, avorteuses et avortées, vagabond-es... Une hierarchie était établie entre les prisonnier-es au sein des camps, les homos subissant des horreurs supplémentaires.

La dépénalisation de l'homosexualité intervenue tant d'années après la fin de la guerre a un peu libéré la parole mais la chape de plomb reste lourde.

En tant qu'association LGBT, nous nous devons, chacune et chacun de porter ce devoir de mémoire, parce que nous devons faire vivre le souvenir, parce que nous ne devons pas oublier ces épisodes douloureux, parce que le progrès n'est jamais inéluctable.

Sidaction 2011

2011-03-28 08:55

0 commentaire(s)

Toutes les 10 secondes, une personne meurt du sida dans le monde !
Cette année encore l'association Sidaction continue son combat pour faire avancer la recherche et vaincre à terme le virus du Sida !

Sidaction à besoin plus que jamais de vous pour mener ses actions du 1er au 3 Avril 2011.

L'équipe recherche des bénévoles sur le canton de Rennes et Vitré pour mener une action sur le terrain ou enregistrer les promesses de don ! Informations sur Facebook (espace bénévole).

On compte sur vous, la solidarité est une force ! Ensemble contre le Sida !

Le Visage du silence, film en tournage sur le VIH

2011-03-13 22:22

0 commentaire(s)

Nous vous invitons à visionner un extrait de dix minutes du documentaire en cours de tournage Le visage du silence. Ce film donne la parole à visage découvert à des malades du VIH afin de briser le silence, aussi dévastateur que la maladie elle-même.

http://www.levisagedusilence.com/tournageencours.html

Rendons leur visage aux personnes touchées par l'épidémie et luttons contre la séropohobie !

Un extrait du site du film :
On pense à tort que du silence naît tout ce qui vit et dure alors que le silence, dans ce cas est aussi mortel que la maladie.
Pour la plupart des malades,  le fait d'être séropositif déclenche fréquemment l'apparition d'un sentiment de honte et de culpabilité. La crainte de la discrimination empêche aujourd’hui bien des malades à reconnaître publiquement leur statut.  De ce constat est née l’idée du film.

L'homophobie utilisée par des intégristes à Lille

2011-03-13 21:09

0 commentaire(s)

Nous relayons un communiqué de presse du Centre LGBT Paris Île de France :

À Lille, les gays et les lesbiennes font les frais d'un règlement de compte entre intégristes musulmans !

Paris, le 11 mars 2011,

Les Lillois du quartier sud de Lille ont trouvé dans leur boite aux lettres une brochure de Mâamar Metmati intitulée : « Tariq Ramadan et l'homosexualité » publié par les éditions la lanterne. Éditions la Lanterne - Metmati12@hotmail.fr - 06.11.10.35.00

L'auteur est un islamiste fondamentaliste, ennemi de longue date de Tariq Ramadan. Il a publié « Tarik Ramadan un imposteur du 21e siècle ». Il déclare faire l'objet d'un boycott agressif de la part de Ramadan et de ceux qui le soutiennent. L'auteur considère que « L'islam en France ou même en Europe se trouve entre les mains des hypocrites » et il reproche aux musulmans de se laisser berner par Ramadan.

À première vue, il semble bien s'agir d'un règlement de compte entre intégristes musulmans. Mâamar Metmati attaque violemment Tarik Ramadan qu'on ne peut pourtant pas vraiment qualifier de progressiste. L'intellectuel Ramadan manie habilement un double langage mais ses prises de positions, si elles ne donnent pas dans la grossière surenchère comme celle de Metmati, sont néanmoins intégristes, en particulier vis-à-vis du droit des femmes et du mariage pour les couples de même sexe.

Un règlement de compte entre intégristes, alors pourquoi s'en mêler ? Parce qu'il s'effectue sur le dos des gays et des lesbiennes. Parce qu'il incite à la haine homophobe, les personnes qui auront trouvé dans leur boîte aux lettres cette brochure de propagande. Certes, de nombreux passages ne sont que des citations du Coran et de la Sunna mais pas seulement, l'auteur les commente à sa façon et en rajoute, considérant que l'homosexualité est « un crime ignoble, immonde écœurant, répugnant, abject ».

Voyez plutôt : « Je considère les propos de Tarik comme une incitation à la perversion dans la mesure où il banalise le crime d'homosexualité. » ou encore : « Il est bien évident, qu'un musulman ne peut en aucun cas, respecter ce que Dieu et son Messager ont dénoncé comme étant une infamie. Cela reviendrait à la même chose que demander à un musulman de respecter la pédophilie, la zoophilie, l'inceste… etc. Je dis bien, exactement à la même chose. »
Cet appel à la haine est clairement un appel au meurtre : « L'envoyé de Dieu a dit : « Si vous trouvez quelqu'un agir comme agissait le peuple de Loth, tuez alors l'agent et le sujet.&nbps;»L'auteur se réjouit que des non musulmans aient « des positions plus conformes à l'Islam » que celles de Ramadan et il cite des dizaines de commentaires homophobes de personnalités telles qu'Eminem « Mes mots sont comme un poignard à bord dentelé. Ils te poignardent dans la tête, que tu sois un pédé ou une gouine », Lelouche : « Il y a les zoophiles aussi. Stérilisez-les », Ron Hubbard, 50 cents, Vanneste, Le Pen, Larché…

On comprend bien ici que l'homosexualité est le prétexte choisi par l'auteur pour s'attaquer à un rival et tenter de promouvoir son islamisme fondamentaliste. Il n'en demeure pas moins vrai que ce document est très dangereux parce qu'il arrive dans des foyers et que des gens y seront sensibles.

En outre, il tombe sous le coup de la loi qui interdit les appels à la haine homophobe. Sa diffusion doit donc être interdite et l'auteur comme la Maison d'édition doivent être poursuivis et sévèrement condamnés, à la fois par les juridictions mais aussi par les autorités religieuses qui doivent dénoncer avec force cette brochure au contenu à la fois intégriste et homophobe. Les associations Lilloises se sont mobilisées et prennent conseil pour décider de la suite à donner aux évènements, une action inter-associative pourra toujours être envisagée.

Ce qui est troublant également c'est que ce document soit diffusé maintenant, à quelques jours des Cantonales et on se demande où l'auteur a pu trouver l'argent pour éditer et distribuer ainsi, en grand nombre sa brochure. Il n'est pas impossible qu'il serve ses propres intérêts mais pas seulement.
Le contexte est pour le moins difficile à Lille en ce moment pour les personnes LGBT. La diffusion de cette brochure nauséabonde fait suite au saccage de l'exposition « Homosexualités » visible dans la faculté de médecine de Lille 2 et sauvagement taguée.
Le Centre LGBT Paris IdF demande l'interdiction de cette brochure, la condamnation de son auteur et de sa maison d'édition pour incitation à la haine homophobe ; il souhaite également que les autorités religieuses musulmanes s'expriment sans tarder pour condamner les l'homophobie de Mâamar Metmati. Enfin, il exprime sa solidarité aux associations LGBT Lilloises et si besoin est, à l'instar d'autres associations LGBT, il n'exclue pas de se constituer partie civile dans un procès contre l'auteur.

Pour le Centre LGBT Paris IdF, Christine Le Doaré, présidente