Contact & coordonnées

Ouvert à tout public
le mercredi de 19 à 22 h

Iskis
6 rue Saint-Martin

35700 Rennes
Métro Sainte-Anne

Tél. : 02 99 33 26 08
contact@iskis.org
Facebook
Twitter
Instagram
 

Membre fier

La Fédération LGBTI+ regroupe les centres et associations LGBTI+ de France.

 

L'association a déménagé au 6 rue Saint-Martin !

 

Ce site n'est plus mis à jour.

Nouveau site web

Journée mondiale de lutte contre le SIDA

2010-11-29 20:35

0 commentaire(s)

Le 1er décembre, c'est la Journée Mondiale de Lutte contre le Sida. Le Centre Gay Lesbien Bi et Trans (CGLBT) de Rennes, attentif aux démarches de prévention, est partenaire de cet évènement et sera présent aux évènements organisés ce mercredi place de la Mairie par le collectif local.

Agissant pour la promotion de l’égalité et contre les discriminations, le CGLBT de Rennes est amené à faire de la prévention sur les pratiques à risque et à accueillir des personnes séropositives. Nous diffusons auprès de nos visiteurs préservatifs, gels lubrifiants et documents d’information et de prévention. Afin d’améliorer notre efficacité sur le sujet, nous organiserons au cours du premier semestre 2011 une formation de nos militants sur les pratiques à risques, en collaboration avec l'association Aides.

Les chiffres du sida sont préoccupants. On meurt toujours des complications dues au sida. Se faire dépister n'est plus un réflexe. On estime ainsi à 50 000 le nombre de personnes en France à ignorer leur séropositivité. Les hommes homosexuels sont particulièrement touchés (parmi les personnes ayant découvert leur séropositivité en 2008, 37% ont été contaminés par rapport homosexuel selon l’Institut de Veille Sanitaire). Les campagnes massives de prévention et d'incitation à se faire dépister sont inexistantes. Le sida est un miroir des inégalités. Être séropositif va souvent de paire avec la précarité sociale et économique. En France, 25% des séropositifs ont une invalidité reconnue ouvrant droit à des prestations, principalement à l’allocation aux adultes handicapés (l’AAH, dont le montant diminue). Les franchises médicales sont inquiétantes : elles demandent au patient de prendre en charge une partie du montant de sa boite de médicaments. Les personnes reconnues en affection de longue durée (dont les personnes vivant avec le sida), bien que souvent précaires financièrement, et déjà victimes de sérophobie au quotidien (chez certains praticiens de santé, au travail, en amour, dans la famille…) ne sont pas exemptées des franchises. Certains n’auront donc d’autres choix que d’arrêter de se soigner. Nous portons au quotidien l’écoute, la solidarité et la fraternité. Nous refusons cette logique de discrimination et d’exclusion.

Le CGLBT de Rennes propose et demande :
- La suppression des franchises médicales
- Des garanties financières pour les personnes séropositives quant à la prise en charge des traitements
- La mise en place de campagnes de prévention régulières et ciblées, notamment envers la population homosexuelle, bisexuelle, trans
- La mise à disposition rapide, notamment des associations locales, de moyens pour réaliser une grande campagne nationale de dépistage.

Revenir